Secure Communications Interoperability Protocol

SCIP est un standard multinational destiné a assurer l’interopérabilité de communications voix et données sécurisées sur des réseaux hétérogènes. L’approche adoptée par SCIP consiste à développer une architecture protocolaire sécurisée interopérable (couches de niveau 5 à 7) à partir de protocoles standards. Ainsi, au lieu de développer des produits de communications sécurisés construits individuellement pour interopérer entre eux, chaque nation peut construire ses propres solutions embarquant un ou plusieurs modes simultanément afin d’assurer l’interopérabilité avec tous les autres équipements possédant au moins un mode commun. La sécurité est assurée par un chiffrement de bout en bout et par l’adoption d’un modèle IGC (Infrastructure de gestion de clefs) permettant l’authentification des terminaux et l’échange des clefs cryptographiques. Le protocole offre la possibilité d’intégrer n’importe quel algorithme cryptographique afin d’autoriser toutes les enclaves de sécurité possibles : – nationales (FR, US, GE, UK, SP, etc.), internationales (OTAN, UE), ou développées au besoin, – pour tous les niveaux classifiés (DR, CD, SD, …, NR, NC, NS, …) ou non. SCIP peut opérer sur une large variété de systèmes de communication différents : lignes téléphoniques commerciales ou dédiées, fixes ou mobiles, RTC, GSM, radios militaires, communications satellitaires, voix sur IP, etc. sans autre supposition que l’existence d’un canal de communication d’un minimum de 2400bps. Historiquement, SCIP est dérivé du protocole FNBDT (Future Narrow Band Digital Terminal), projet américain initié en 1997 et proposé par les États-Unis à l’OTAN en 2003. L’International Interoperability Control Working Group (IICWG) est le groupe de travail international travaillant au développement, à l’analyse, à la définition et à l’amélioration de ce protocole. Il se réunit généralement 2 fois par an.